CHRONIQUE – L’affaire Holmes est sans doute, après le scandale Madoff, l’une des plus grandes arnaques de ces dernières années.

C’était la «plus jeune milliardaire de la planète». Elle est devenue l’auteur de la plus vaste escroquerie de la Silicon Valley. Elizabeth Holmes, qui aura 38 ans le 4 février, encourt une peine de 20 à 30 ans d’emprisonnement. Un scénario de film? Une histoire vraie. Son procès vient de s’achever au tribunal de San Jose, en Californie, à 30 kilomètres du siège de sa société.

L’affaire commence en 2015. Fille d’une famille huppée, Elizabeth Holmes est parvenue, en douze ans, au sommet de sa carrière. Elle fait la couverture des grands titres, Forbes, Fortune, Time; à travers sa société Theranos, elle est cotée 110e plus grande fortune des États-Unis (4,5 milliards de dollars)!

Le 3 mars 2015, résumant ce palmarès, Paris Match décrit «l’empire» qui fait travailler 500 salariés ; elle aura réuni parmi ses actionnaires les Américains les plus en vue, faisant l’admiration de Bill Clinton à Joe Biden (l’actuel président), en passant par des ministres de Reagan ou de Bush et Rupert Murdoch, le…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 64% à découvrir.

La liberté c’est aussi d’aller à la fin d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

François d’Orcival: «Quand la Silicon valley se fait incubateur d’escroqueries» – Le Figaro