La crise économique engendrée par la pandémie ne touche pas tout le monde de la même manière. Selon Les Échos, les start-up françaises résistent bien, et affichent un état de santé insolent. En témoigne la forte progression des salaires des PDG de la French Tech, qui ont très notablement progressé depuis 2020. Selon une étude du Galion Project, l’augmentation moyenne s’élève à 30 %. Une hausse qui suit logiquement l’augmentation notable des fonds levés par les 23 « licornes » détentrices du label French Tech.

Début 2022, la barre des 10 milliards d’euros de fonds levés a été franchie. En conséquence, le salaire médian des PDG des start-up atteint désormais 120 000 euros annuels, soit 10 000 euros par mois. Dans le détail, liste Les Échos, 75 % des dirigeants concernés touchent plus de 85 000 euros par an (7 000 euros/mois), tandis que les 25 % restants touchent plus de 153 000 euros (12 750 euros/mois). À noter que cette dernière tranche supérieure est marquée par une augmentation de 19 %, donc inférieure aux 30 % moyen. Selon le Galion Project, ces différences illustrent une harmonisation des salaires dans le milieu.

À LIRE AUSSILa French Tech se mobilise pour rhabiller le ministre Cédric O

Encore des disparités homme-femme

Logiquement, plus les start-up ont levé des fonds, plus leurs dirigeants ont vu leur salaire augmenter. Ainsi, les salaires les plus hauts concernent exclusivement les structures étant parvenues à lever plus de 100 millions d’euros. Les Échos note également la cohérence de la répartition des salaires, les fiches de paie les plus généreuses correspondant toutes aux start-up affichant les meilleurs résultats, et employant le plus de personnes.

En revanche, le Galion Project note une importante disparité entre les hommes et les femmes. En l’occurrence, le salaire médian des dirigeantes atteint 90 000 euros par an, soit 33 % de différence avec leurs collègues masculins. Un écart conséquent qui, de surcroit, a progressé : il était de 28 % début 2020. Afin d’illustrer son propos, le Galion Project cite le seul cas d’Isabelle Radier, PDG de Jolimoi. Cette dernière touche 90 000 euros soit 7 500 euros par mois et confie s’être vu refuser une augmentation par son conseil d’administration. « À 38 ans et avec 3 enfants, […] je ne trouve pas ça très motivant. » L’entrepreneure explique vouloir se servir des données publiées par le Galion Project pour négocier une nouvelle augmentation courant 2022.

À LIRE AUSSI« Il faut en finir avec la culture bro dans la tech »

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

French Tech : les salaires des PDG explosent – Le Point