Alors que l’inflation ne cesse de progresser ces derniers mois en France, les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont achevées au sein de l’UES Groupama/Gan, sans que la direction et les organisations syndicales de l’assureur parviennent à s’entendre sur toute la ligne. 

Comme chaque année, l’Union économiques et sociale (UES) de Groupama/Gan a ouvert le bal des négociations annuelles obligatoires (NAO) dans le monde de l’assurance. Et comme chaque année, le résultat de ces négociations est particulièrement attendu dans le secteur, car

il donne la tendance des échanges à venir entre les directions et les organisations syndicales sur les augmentations salariales.

La hausse des prix s’invite dans les débats

En l’occurrence, chez Groupama/Gan, les NAO se sont achevées cette année… par une décision unilatérale de l’employeur, les trois organisations syndicales représentatives (CFDT, CFE-CGC, CGT) ayant préféré signer un procès-verbal de désaccord. Le point de blocage ? « Alors que l’inflation n’arrête pas de grimper, nous souhaitions que la direction s’engage sur une mesure d’augmentation collective, ce qu’elle a finalement refusé », répond Jean-François Besnard, délégué syndical central CFDT de l’UES Groupama/Gan. En novembre, selon les données publiées par l’Insee, les prix à la consommation ont augmenté de 2,8% sur douze mois glissants dans l’Hexagone. Un an plus tôt, le même indicateur s’établissait à 0,2%.

« Au regard des efforts consenties par les salariés durant la crise liée au Covid-19 et des résultats affichées par l’entreprise, nous étions cette année plus exigeants que lors des années précédentes lors de ces négociations », reconnait le délégué syndical CFDT. Qui ajoute aussitôt : « Si la direction n’a pas répondu à notre revendication sur les augmentations générales, elle a tout de même inscrit dans sa décision unilatérale des mesures salariales non-neutres pour les salariés. »

L’enveloppe générale ne couvre pas l’inflation 

Une enveloppe d’augmentation individuelle de 2% de la masse salariale pour 2022 a ainsi été convenue par la direction de Groupama/Gan, de même qu’une majoration de 0,1 point du régime de retraite supplémentaire de l’entreprise, le portant à 1,4% exclusivement financé par l’employeur. En outre, les revalorisations des Rémunérations minimales annuelles (RMA) de Gan ont été portées à 2% (pour les classes 1 et 2), 1,2% (pour les classes 3 à 5) et 0,8% pour les classes 6 et 7. Une enveloppe de suppression des écarts salariaux de 80 000 € a aussi été décidée par la direction de Groupama/Gan. « L’enveloppe générale obtenue ne couvre toutefois pas l’inflation, ce qui est une véritable insatisfaction pour notre organisation syndicale », regrette Jean-François Besnard.

La Prime Macron en compensation

Il n’empêche, pour répondre à la question du pouvoir d’achat de ces collaborateurs, l’UES Groupama/Gan a activé lors de ces NAO le levier « prime Macron ». Ces primes exceptionnelles et défiscalisées – mises en place par l’exécutif suite au mouvement des Gilets Jaunes fin 2018 et destinées aux salariés gagnant jusqu’à trois fois le Smic – restent un instrument utilisable par les entreprises lors des négociations salariales. Un outil que Groupama/Gan ne s’est donc pas privé à nouveau d’utiliser cette année.

Dans ce cadre-là, la direction de l’UES a proposé une prime de 1 000 € (pour les salaires jusqu’à 1,5 Smic), 750 € (pour les salaires supérieurs à 1,5 Smic et jusqu’à 2 Smic) et 400 € (pour les salaires supérieurs à 2 Smic et allant jusqu’à 3 Smic). Une proposition cette fois-ci acceptée par les trois organisations syndicales, qui ont signé l’accord « Prime Macron ». Selon nos informations, 73% des collaborateurs de l’UES Groupama/Gan bénéficieront de cette prime qui sera versée fin décembre.

Concernant les autres mesures décidées par la direction dans le cadre des négociations salariales, elles seront appliquées à partir du 1er janvier 2022.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Groupama/Gan : des négociations salariales sous haute tension – L’Argus de l’Assurance
Étiqueté avec :