Pour Sumit Gupta, l’année 2021 s’est avérée excellente: il a fêté ses 30 ans, il s’est marié, et la valeur de CoinDCX, la startup qu’il a fondée en Inde, a dépassé le milliard de dollars.

Après avoir travaillé sans relâche en pleine pandémie pour financer et développer CoinDCX, une plateforme de cryptomonnaies, son équipe s’est finalement accordé quelques jours de repos pour fêter l’événement sur une plage de Goa, sur la côte ouest de l’Inde.

“Cela a fait beaucoup de bien à tout le monde”, raconte M. Gupta à l’AFP. “Notre périple a été très, très excitant. J’ai énormément appris. L’avenir de l’Inde s’annonce radieux”.

Au total, 44 entreprises indiennes ont acquis en 2021 le statut envié de “licorne” (startups valorisées à un milliard de dollars ou plus), profitant d’un vif regain d’intérêt des investisseurs internationaux.

“Avec de la persévérance, il est tout à fait possible de créer une licorne en Inde”, affirme M. Gupta, selon qui le pays, cinquième économie mondiale, “est plein d’opportunités”.

Les fonds étrangers ont investi plus de 35 milliards de dollars dans les startup indiennes en 2021, trois fois plus qu’en 2020, selon des données recueillies par la plateforme d’analyse des entreprises technologiques Tracxn. L’argent coule à flots dans tous les secteurs innovants, de la finance à la santé en passant par les jeux de hasard.

Les entreprises chinoises ont longtemps été les favorites des fonds étrangers. Mais un récent tour de vis réglementaire mené par Pékin pour freiner la surchauffe dans le secteur internet a fait perdre des milliards de dollars en valeur boursière à des géants comme Baidu, Alibaba ou Tencent.

Par ricochet, les investissements dans les startup chinoises ont fondu, passant de 73 milliards de dollars en 2020 à seulement 54,5 milliards en 2021, selon une analyse de GlobalData.

Cette désaffection profite à l’Inde, autre marché de plus d’un milliard d’habitants qui bénéficie d’une armée d’entrepreneurs au niveau d’éducation élevé et d’infrastructures numériques de plus en plus solides.

– Record d’entrées en Bourse –

“L’Inde a 13 ou 14 ans de retard sur la Chine pour ce qui est de la taille de son marché”, estime Siddharth Mehta, fondateur de la firme d’investissements Bay Capital Partners. “Le marché du numérique en Inde atteint moins de 100 milliards de dollars aujourd’hui, mais il pourrait facilement atteindre les 1.000 ou 2.000 milliards dans 10 ou 15 ans”, prédit-il.

Parmi les groupes qui manifestent un intérêt croissant pour l’Inde figurent le géant japonais Softbank, qui a investi 3 milliards de dollars dans le pays cette année, les chinois Tencent et Alibaba, ou encore les fonds américains Sequoia Capital et Tiger Global.

“Je crois en l’avenir de l’Inde. Je crois en la passion des jeunes entrepreneurs en Inde. L’Inde va devenir grande”, prophétisait début décembre le fondateur de Softbank, Masayoshi Son.

L’Inde a également connu en 2021 un nombre record d’entrées en Bourse de startups, comme celles de l’application de livraison de repas Zomato ou la plateforme de produits de beauté Nykaa dont les fondateurs sont devenus milliardaires.

Les bonnes performances affichées par la Bourse de Bombay, qui a pris 125% entre avril 2020 et octobre 2021, et une profusion d’applications de boursicotage incitent de plus en plus d’Indiens, pour la plupart jeunes, à se lancer dans l’investissement en ligne.

Une tendance qui n’est pas sans risques, avertissent les experts, selon lesquels beaucoup des nouvelles firmes pourraient s’avérer grossièrement surévaluées.

L’entreprise de paiement en ligne Patym, qui n’a pas encore réalisé le moindre bénéfice, a ainsi perdu 40% de sa valeur depuis son introduction à la Bourse de Bombay en novembre, la plus grosse de 2021 en Inde.

Et l’afflux de capital dans le secteur technologique ne résoud guère les problèmes économiques de fond d’un pays où la pauvreté reste immense. Beaucoup des quelque 10 millions de jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année survivent de petits boulots instables et misérablement payés.

Un problème que ne connaissent pas les cols blancs de la high-tech, secteur dans lequel la demande de travailleurs qualifiés dépasse l’offre.

Les startups, les caisses pleines, s’arrachent les meilleurs talents en leur faisant miroiter salaires élevés, actions et même motos et billets pour des matches de cricket.

“Les recruteurs n’arrêtent pas d’appeler”, raconte à l’AFP un candidat qui ne souhaite pas donner son nom. “Les salaires ont gonflé depuis l’an dernier et on dirait que tout le monde recrute. Les gens changent de travail tout le temps”.

ng/stu/roc/am

TENCENT HOLDINGS

PAYTM

ALIBABA GROUP HOLDING

SOFTBANK GROUP

BAIDU

GOLDMAN SACHS GROUP

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

“L’année des licornes”: les startups indiennes en plein boom – Notre Temps