Christophe et Marek, de la Brasserie de Dinan.
Christophe et Marek, de la Brasserie de Dinan. (Archives Le Télégramme/Paul Charoy)
  • 1 La Brasserie de Dinan… À Dinan
  • L’établissement lancé à Dinan par Christophe Bernard et Marek Fest, en 2019, propose une gamme de quatre bières permanentes : l’Excelsior, l’Esther de la Rance, la Du Guesclin et Les Toiles de Dinan. Leur originalité ? « Elles n’ont pas d’amertume marquée, donc cela offre plus de possibilités d’accords entre mets et bières, explique Christophe Bernard. Vous pouvez les prendre en entrée, plat, ou dessert ! » Point bonus, la brasserie est aussi étiquetée « zéro déchets » en créant des produits uniquement à partir de restes du brassage de la bière.

    Vincent Boaglio parle avec passion de son métier de paysan brasseur, qui lui permet vivre correctement sans négliger sa famille.
    Vincent Boaglio parle avec passion de son métier de paysan brasseur, qui lui permet vivre correctement sans négliger sa famille. (Archives Le Télégramme)
  • 2 La Quévertoise, made in Quévert
  • Basé à Quévert depuis 2015, Vincent Boaglio est le premier « paysan brasseur » du pays de Dinan. Un concept unique qui a donné naissance à trois bières différentes, les Quévertoises blonde, rousse et d’hiver. L’agriculteur cultive lui-même son orge bio et songe à développer son activité dans les mois qui viennent. Chez lui, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » : ses drèches (résidus du brassage des céréales) sont envoyées chez un éleveur laitier et utilisées pour les pâturages !

    Sébastien Gabillard présente fièrement les trois « variétés » de la Cul de Paumelle.
    Sébastien Gabillard présente fièrement les trois « variétés » de la Cul de Paumelle. (Archives Le Télégramme/Corentin Le Doujet)
  • 3 La Cul de Paumelle, venue de Pleudihen
  • Depuis trois ans, Sébastien Gabillard propose quatre bières permanentes dans sa brasserie basée à Pleudihen. « Une blonde, une ambrée, une blanche et une IPA », sourit le brasseur. Des produits locaux, bio et authentiques dont le nom – un ancien sobriquet donné aux habitants de Pleudihen – contribue à faire la renommée. « La brasserie va se développer en 2022, puisque j’ai arrêté mon travail dans le bâtiment pour m’y consacrer pleinement ! », annonce même Sébastien Gabillard.

    Cidrier de profession, Jehan Lefèvre a repris la Brasserie des Diaoulig et a développé des bières… Folkloriques !
    Cidrier de profession, Jehan Lefèvre a repris la Brasserie des Diaoulig et a développé des bières… Folkloriques ! (Archives Le Télégramme)
  • 4 Les bières folkloriques des Diaoulig
  • À Saint-Cast-le-Guildo, la brasserie des Diaoulig (« diablotins » en langue bretonne) propose quatre bières authentiques, disponibles entre Pâques et la fin de l’été. Cidrier de profession, Jehan Lefèvre a repris l’établissement en 2004 mais favorise son activité première. La Gwen côtoie la Gwihl, la Dioul (qui tire son nom du mot « diable » en breton) et la Olde Breizh. Une fierté pour le brasseur : « Je n’en fais pas régulièrement, mais elles représentent toutes des contes et légendes bretonnes ! »

    Une partie de l’équipe (trois personnes en cuisine et trois en salle). Les trois jeunes entrepreneurs en compagnie de Mina en cuisine, David au service et Xavier, le chef cuisinier.
    Une partie de l’équipe (trois personnes en cuisine et trois en salle). Les trois jeunes entrepreneurs en compagnie de Mina en cuisine, David au service et Xavier, le chef cuisinier. (Archives Le Télégramme)
  • 5 Bières, créativité et Bontemps
  • À nom insolite, concept inédit : sur le port de Dinan, Les Roger Bontemps allient restauration… et brassage de bière ! « On a racheté à trois l’hôtel Arlequin en 2019, pour le transformer en brew pub, explique l’un des cofondateurs, Mathieu Total. C’est un bar, avec une brasserie directement sur place. » Ouvert depuis juin dernier, l’établissement a un credo : « Laisser libre cours à la créativité, et faire des choses osées », sourit Mathieu Total.

    Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

    Le pays de Dinan, nouvel incubateur à brasseries ? – Le Télégramme