Alors qu’elle “envisage” d’être candidate à la présidentielle, l’ancienne garde des Sceaux publie ce mercredi une tribune dans les colonnes du Monde.

Après avoir déclaré peu avant Noël “envisager” le fait d’être candidate à l’élection présidentielle de 2022, Christiane Taubira dessine ce mercredi des thématiques de campagne dans une tribune parue au Monde, évoquant également la question de l’unité de la gauche, face à la multiplicité des candidatures.

“Nos convergences, même avec des nuances sur certains sujets et sur des méthodes, sont suffisantes pour nous permettre de gouverner ensemble cinq ans durant”, estime l’ancienne ministre de la Justice de François Hollande, ajoutant que “le temps est venu pour une nouvelle aventure collective au long cours”.

“De ces désaccords, combien sont insurmontables?”

“Les convergences ne manquent pas, malgré une propension avérée à inventer entre nous des querelles insurmontables”, poursuit l’ancienne députée de Guyane, évoquant la question climatique, “l’affaire de ce siècle”, ainsi que celle des services publics, notamment de la santé, mais aussi l’école et l’éducation comme zones de confluences.

Elle souligne également l’existence de “divergences” comme “le débat sur les sources d’énergie” ou encore “notre rapport à l’Union européenne”.

“De ces désaccords, combien sont insurmontables?”, s’interroge toutefois la probable candidate à la magistrature suprême.

“Nous disposons d’instruments démocratiques, et je pose que la délibération collective, sous procédure législative ou sous forme citoyenne, doit être réhabilitée pour trancher sur ces grands enjeux”, ajoute Christiane Taubira en allusion à une primaire à gauche, appelée des voeux d’Anne Hidalgo mais d’ores et déjà repoussée par Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon ou encore Fabien Roussel.

“Je sais pour qui je veux me battre”

“Je sais pour qui je veux me battre”, conclut Christiane Taubira, selon laquelle la gauche n’a “pas le droit de (se) complaire dans la torpeur”, sous peine de récolter un mépris “avec raison” de la jeunesse.

Dans la tribune, Christiane Taubira esquisse également plusieurs propositions, comme l’augmentation du salaire minimal, une “politique fiscale juste” passant notamment par le rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF), mais aussi le fait de “mettre fin à la prédation économique”.

Sur “les inégalités sociales et les injustices”, la gauche “a (sa) part” de “responsabilité” selon l’ancienne ministre, qui exhorte à “rétablir de la justice sociale et instaurer une justice environnementale”, pour “traduire en politiques publiques des revendications dispersées et légitimes”.

Clarisse Martin

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

À gauche, Christiane Taubira évoque des convergences “suffisantes pour gouverner ensemble cinq ans” – BFMTV
Étiqueté avec :