« Les fonds Relance éligibles bénéficient prioritairement de cette garantie gérée par Bpifrance », indique la direction générale du Trésor. « Les fonds Relance éligibles bénéficient prioritairement de cette garantie gérée par Bpifrance », indique la direction générale du Trésor.

Les épargnants connaissent-ils le label Relance ? Trop tôt pour dire, répond-on prudemment au Trésor. Si les gestionnaires de fonds et les grandes compagnies d’assurance-vie se sont largement emparés du label, les conseillers en gestion de patrimoine (CGP) n’en sont pas spécifiquement friands. Seuls 30 % d’entre eux le connaissent… et 53 % ne trouvent pas les fonds labellisés assez intéressants pour les proposer aux clients, selon le baromètre BNP Paribas Cardif-Kantar consacré au marché des CGP, diffusé en septembre.

Outre ce déficit de notoriété, les fonds labellisés « Relance », qui doivent, notamment, consacrer au moins 30 % de leur actif au financement d’entreprises françaises, souffrent d’une autre faiblesse intrinsèque auprès du grand public : ils sont confrontés à l’aversion au risque des épargnants français.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les fonds labellisés « Relance » aident-ils vraiment les entreprises françaises ?

Certes, la crise sanitaire a dopé l’épargne des ménages. Certes, les fonds en euros de l’assurance-vie et le Livret A ne rapportent plus grand-chose. Certes, encore, les performances de la Bourse et des fonds investissant dans les entreprises non cotées peuvent faire envie. Mais les épargnants sont-ils pour autant disposés à risquer leurs économies ?

Pas tant que ça, si l’on en croit la dernière étude annuelle du Cercle de l’épargne (septembre 2021) : dans les prochains mois, seuls 8 % des sondés entendent placer à long terme leur argent mis de côté. « A travers leurs réponses, les Français indiquent que la sécurité passe avant le rendement », constate, par ailleurs, les auteurs.

En cas de défaillance

Pour les motiver, Bercy a sorti de son chapeau non pas une énième carotte fiscale, mais un dispositif de garantie que pourront actionner les sociétés de gestion finançant des PME françaises non cotées – le « capital-investissement » étant par nature très risqué. « Les fonds Relance éligibles bénéficient prioritairement de cette garantie gérée par Bpifrance », indique la direction générale du Trésor.

Les fonds, labellisés ou non, peuvent envoyer leurs demandes depuis le 1er octobre ; plus de cent l’ont déjà fait. « Après avoir été agréés, ils choisissent, dans leur portefeuille, les PME qu’ils souhaitent couvrir, qu’elles soient en phase d’amorçage ou de développement, et la garantie sera valide dix ans », détaille Santie Adelbert, responsable de ce dispositif à la banque publique d’investissement Bpifrance. Les fonds déjà soutenus par des avantages fiscaux – les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI), et les fonds d’investissement de proximité, (FIP) – ne sont pas éligibles.

Il vous reste 36.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Un nouveau dispositif pour inciter les épargnants à investir dans les PME françaises – Le Monde